Panier

Management et CoopérationTransition sociale

5 principes pour 1 gouvernail par temps de brume

Écrit par 25 novembre 2020Pas de commentaires

La Vie, le vivant est le gouvernail, bien évidemment ! Alors, s’orienter en fonction de ce qui nous rend vivant est le principe de base pour avancer dans la vie afin de vivre plutôt que survivre, ou sous-vivre ! C’est avec cet élan que j’ai à cœur de contribue à impulser le “mieux vivre et travailler ensemble” dans les associations, les collectivités, les entreprises.

Comment ? Alors qu’un virus nous amène à limiter nos façons de vivre, alors que j’entends encore souvent : « il ne faut rien devoir à personne », « se débrouiller seul-e », « doser la confiance pour mieux faire face… », « j’ai besoin d’avoir la liberté de faire ce que je veux quand je le veux », « être mon propre chef, pas de soumission… être indépendant… Être libre ! » – Ces mots sonnent quelquefois le repli sur soi, l’individualisme.

La vie est réseaux, systèmes, liens, entraide, ce n’est plus à démontrer.

Regardons simplement la nature, reflet de notre nature et observons les arbres. Longtemps considérés comme une simple ressource, aujourd’hui nous en savons plus et l’exemplarité de l’entraide entre arbres n’est plus à démontrer. Loin de la notion de compétition, chacun contribue à la santé de la forêt à laquelle il appartient mais aussi à la biosphère1. Les arbres des forêts se protègent les uns les autres du gel, du vent ou de la sécheresse ! Et Pablo Servigne montre que les dynamiques d’entraide sont d’autant plus nécessaires dans une nature hostile. 

Ce nouveau confinement peut ne pas être qu’un repli sur soi !  Certes, clarifions, imaginons et agissons !

Mieux vivre et travailler ensemble

5 principes peuvent guider notre action pour un “mieux vivre et travailler ensemble”

  • Préserver notre milieu, nos écosystèmes sur un principe d’homéostasie. Cette sagesse de l’organisme permet d’y trouver sécurité et appartenance. Accueillir la tension comme vecteur d’équilibre.
  • Cultiver une identité claire, qui donne une vision, une raison d’être, ce à quoi je contribue, ce qui se perpétue au-delà de soi et qui donne de l’élan. 
  • Fertiliser le terreau de la créativité en stimulant les intelligences multiples : collective, émotionnelle, corporelle, affective… pour innover et mettre en œuvre les rêve-olutions. 
  • Manifester les liens. Leur donner du temps, de l’épaisseur, de la saveur en empruntant les chemins de la communication, de la contradiction fertile. Ce sont aussi les chemins du contact, de l’expérimentation, de l’attention aux autres et à soi. 
  • Élever nos attitudes en étant ‘’au service’’.  Trouver l’esprit du ‘’nous’’ qui facilite l’entraide et équilibre l’ego en adoptant des processus régulateurs.

Aucun des principes n’est supérieur à un autre, ils sont tous interdépendants.

Avec du recul, ce ne sont pas des formations mais un compagnonnage expérienciel sur-mesure qui permet à ces principes de se mettre en mouvement. Chacun d’entre nous, chaque écosystème prend le gouvernail vers un cap et est ainsi en mesure de contribuer de sa place à cet avènement.

De plus en plus de groupes se déterminent et aspirent à ce “mieux vivre et mieux travailler ensemble” en exerçant leur pouvoir d’agir. C’est la re-évolution !

Réinventer nos modes de collaboration, ensemble

Plus que jamais, en ces moments de distanciation, de télétravail, de rareté du travail, ce besoin de faire lien et de réinventer nos modes de collaboration nous sont nécessaires. Des projets comme les coopératives de coursiers qui commencent à voir le jour, des collectifs de soignants à domicile comme « Buurtzorg » nous montrent en cela des chemins intéressants dans lesquels tout le monde est gagnant.

Pour lutter contre notre réflexe très reptilien, lié à la peur du lendemain, nous conduisant à nous replier, à regarder l’autre comme un danger, il nous faut de façon délibérée mettre en place ces processus résilients d’entraide, de solidarité, de complémentarités, afin qu’à plusieurs nous puissions créer de l’abondance, mieux s’en répartir les fruits et… se sentir vivants.

Bibliographie inspirante

La vie secrète des arbres : Peter Wohlleben, Editions  Les Arenes,  01/03/2017

Un ouvrage consacré à ces êtres végétaux qui coexistent avec nous et dans lequel Peter Wohlleben évoque leur souffrance, leur mode de vie et des enseignements qu’ils peuvent nous apporter…  

L’entraide, l’autre loi de la jungle : Pablo Servigne et Gauthier Chapelle – éditions : Les Liens Qui Libèrent -Parution 11/10/2017 

Reinventing organisation : Frédéric Laloux- Editions Diateino Eds – Parution 28/10/2019

La part du colibri : Pierre Rabhi – illustrations Pascal Lemaître – Editions L’aube – 2017 

L’intelligence affective au cœur des organisations : Liliana Santos Viotti et Gerson Barros de Carvalho – Editions iris pour la créativité – 2011 

La cause humaine, du bon usage de la fin du monde : Patrick Viveret – édition : Les liens qui libèrent

La démocratie se meurt, vive la sociocratie ! :  Gilles Charest- Editions Esserci – 2007

Isabelle Douillard

Isabelle Douillard

Après avoir exercé pendant 20 ans dans le secteur médico-social, je suis experte en sociocratie et formée à l’ingénierie de formation. J’aime accompagner les équipes vers des fonctionnements coopératifs en intelligence créative collective en jouant sur plusieurs approches : créativité, sociocratie, approches narratives, co-développement, approches psychocorporelles.

Participer à la discussion ?